• Jean Pierre Souillart

La vitesse de la lumière

La relativité restreinte énonce que la vitesse de la lumière est limitée à 300.000 Km/s dans l’espace.


La lumière utilise sa bivalence onde-photon pour se déplacer dans l’espace.

Si la lumière n’était qu’une onde, elle ne pourrait pas se déplacer dans le vide, en tout cas pas sur des milliards d’années-lumière.

La chance a voulu que sous la forme d’un photon, cette lumière puisse voyager et nous faire connaître les autres composants de notre univers.

Ayant une énergie équivalente à une masse, la lumière est donc influencée par les gravitations diverses qu’elle rencontre au cours de son voyage.


Nous pouvons faire une analogie avec les avions à réaction, cela ressemble au passage du mur du son. Voici donc mon explication.

Un avion en vol rapide arrive à comprimer l’air avec la pointe de son nez. Ce mur est en fait une onde de pression qui se manifeste par un ou plusieurs bangs que l’on peut entendre à longue distance.

Dans l’espace vide, le son ne peut se déployer et se faire entendre car il n’a pas de support matériel pour le porter.

Le phénomène presque incompréhensible, peut être interprété simplement avec la membrane.


La lumière a une vitesse limitée dans le vide parce qu’elle comprime le peu de matière qu’elle a devant elle. Ce peu de matière est constitué par la membrane (qui pourrait être assimilée à de la matière noire). Les photons de la lumière entrent en conflit avec elle.

Comme les deux antagonistes sont extrêmement légers, il faut aller très vite pour voir apparaître ce phénomène de compression évidemment.

Voici donc la lumière freinée par la matière noire tout simplement. Les avions à réaction peuvent franchir le mur du son parce que la vitesse est relativement faible soit 1224 km/h égale à la vitesse de déplacement du son dans l’air. Comme l’avion peut aller plus vite, il passe le mur du son.

Dans le cas de notre lumière, ce n’est pas pareil car on est déjà à 300.000 km/s, c’est déjà beaucoup.


Schéma de la membrane limitant la vitesse du photon




On a compris que cette vitesse limite est le résultat d’un « conflit » entre la lumière et la membrane. Que l’observateur soit fixe ou mobile cela ne change rien du tout. C’est pour cela que la vitesse est toujours la même quel que soit le référentiel.

  • Traversée de la membrane par le photon

Il s’agirait d’une situation semblable à celle d’un avion qui traverse le mur du son, sauf que le photon a en face de lui la membrane qui n’a pas la même constitution que l’air.

Dans ce cas, les scientifiques sont tous d’accord pour dire que si on allait plus vite que la vitesse de la lumière, le temps s’arrêterait. Ceci est complètement conforme avec le fait que, de l’autre côté de la membrane, il n’y a pas de temps.


L’avion n’a pas besoin de changer de nature pour passer le mur du son.

La lumière pourra traverser la membrane à condition de se transformer complètement en énergie pure sans onde électromagnétique.



Schéma d’un photon se déplaçant plus vite que la lumière



On pourrait penser que la lumière puisse passer de l’autre côté de la membrane. La lumière n’a aucun intérêt, son but est de voyager sans problème jusqu’au bout de l’univers et de garder toute son énergie.


  • L’accélération de la lumière

Comment expliquer que la lumière parte du point lumineux qui lui a donné naissance, à 300.000 km/s immédiatement ? Pas de période d’accélération, pas de bruit, on peut trouver cela curieux. C’est un vrai mystère pour lequel je n’ai pas de réponse.

Cela ressemblerait aussi à l’intrication.


Vous souhaitez approfondir le sujet, découvrez mon ouvrage "Schéma universel et formule de l'univers" >>>


Jean-Pierre Souillart, auteur de l'ouvrage :

"Shéma universel et formule de l'univers"

aux éditions TheBookeditions

contact@souillart.com - T: 06.18.21.88.26

France - Belgique - Sénégal

@Souillart.com